Bio

 

Mon travail s’intéresse aux liens du métissage entre l’intime et l’universel.

En confrontant peinture et broderie, je tisse un langage dont les codes repérés appartiennent à l’écriture, la Bd et à l’art populaire.

Cherchant à explorer le point de rencontre entre des procédés différents, et à partir de ma réalité et de mon quotidien, je crée des images-idées, témoins singuliers de mon itinéraire, qui me provoquent et me transforment. Il n’est pas question d’art textile, mais d’histoire du fil, d’histoire sur le fil, lien puissant et vulnérable qui raconte une histoire, toujours et jamais la même. Les enchevètrements de fils et des dessins brodés sur des matières textiles peintes, conjuguent ces liens à l’infini et tracent leur direction avec lenteur et méditation. Entre sensibilité et métaphysique, j’inscris ma quête de l’absolu.

Enfin, mon expérience et ma relation au monde, nourrie de poésie et d’imaginaire cherche à stimuler le spectateur, le nourrir, et le conduire à se projeter dans cet espace-objet sensoriel. C’est une évidence de partager mon point de vue avec un public.

Une démarche résolument contemporaine, commencée en 2011.

Diplômée en Arts Plastiques (DNAP, Licence), section peinture et gravure, j’ai d’abord travaillé comme dessinatrice textile à Paris.

En 1996, je déménage dans les Cévennes, et entame une période de création peinture / écriture, et des livres-objet. Parallèlement, je crée une association qui met en place des projets autour des Arts du livre. J’interviens dans les Médiathèques, les écoles et les collèges. Je retourne aux Beaux Arts de Nîmes sur trois ans pour reprendre la gravure, et m’inscris dans la foulée à des cours d’Histoire de l’Art par correspondance.

Très vite, le Musée de Lodève me propose des interventions en relation avec les expositions temporaires. Mon travail s’en ressent, je pratique de plus en plus la gravure et commence à exposer mon travail. En 2004, on me propose un poste de professeur de création textile pour une année, à Ipésud Arts Appliqués à Montpellier. Je décide de faire des chapeaux avec mes élèves. Suite à ce coup de foudre avec le chapeau, je me forme quelque mois plus tard aux techniques multiples du chapeau, et réalise bientôt des défilés et salons.

En 2010, la période chapeau est révolue, je suis allée au bout d’un cycle. Il me reste que j’ai travaillé les formes, les matières, le volume, et que j’en tire une joie précieuse. Je vais pouvoir passer à un travail monumental et intime.

Je me lance dans l’aventure de l’Art Contemporain dans la synthèse de mon multiple.

Je brode mes gravures,

je brode mes toiles. Tout passe par le fil.

Influencée par la BD, l’Art Populaire, tous les signes visuels d’écriture, nourrie de poésie méditerranéenne, habitée de désir de dire et de créer, mes toiles donnent à voir un espace-temps mental, où les codes sont mélangés, et où la perception de la profondeur s’ouvre plusieurs angles.

Je cherche à donner du sens à mon propos.

Et si le fil devient histoire, acte intime, lent et méditatif, charnel, il opère en moi un processus de transformation. Le spectateur est invité à se projeter dans une figuration libre, dans une mise en scène des repères hors-temps, au vocabulaire actuel, et à en tirer une expérience sensorielle.

Je cherche constamment des solutions picturales attrayantes et stimulantes qui intéressent le spectateur, l’intriguent et le réveillent à la réflexion sur notre monde.

Et ne veux surtout pas rater ce rendez-vous.

Licence Creative Commons
emmashulman.com de Emma Shulman est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

Publicités